juridique3

Il y a déjà plusieurs années que Lizotte Médico-Experts travaille avec les avocats et les médecins pour optimiser ses questionnaires médicaux ainsi que son processus d’embauche, et ce afin de devenir le leader dans l’embauche qui respecte les droits de la personne.  Nous pensons qu’à long terme notre investissement en cette matière sera bénéfique pour nos clients et que les entreprises rechercheront à travailler avec des cliniques médicales qui pourront les conseiller dans ce processus.

Étrangement, nous remarquons que cette préoccupation n’est pas toujours prise en compte par les entreprises. Pourtant, nous croyons que c’est un enjeu important en 2018. Non seulement pour éviter que celle-ci fasse les manchettes pour les mauvaises raisons, mais encore plus pour que l’entreprise puisse s’assurer de respecter ses futurs employés, prodiguant ainsi une image d’entreprise sérieuse.

Rendre un questionnaire médical non intrusif !

Malheureusement, l’Université Laval a fait les manchettes dernièrement. « Un questionnaire d’embauche «très intrusif» à l’Université Laval » (voir le lien vers l’article à la fin). Nous sommes persuadés qu’aucune entreprise ne désire se trouver dans cette situation, car la réputation et l’image sont assurément ébranlées en plus de risquer de rendre plus difficile l’embauche.

Pourtant, un questionnaire bien fait et non intrusif est un outil pour les ressources humaines qui permet de faciliter l’intégration des candidats au travail. À titre d’exemple, la compréhension et la connaissance de la situation médicale du candidat ont permis à un employeur de Chaudière-Appalaches d’intégrer une personne épileptique à un groupe de travail avec surveillance au lieu de le localiser sur une machine seul. Un succès pour tous, le contremaître de l’usine a comblé son besoin de personnel et la personne épileptique travaille en toute sécurité.

Lorsqu’on travaille avec une entreprise pour rendre l’embauche respectueuse envers les candidats, cela ne s’arrête pas aux questions d’un formulaire! Pour en arriver à être conforme avec les droits de la personne, il faut comprendre l’entreprise, se questionner sur les tâches des différents types de postes, valider l’information médicale nécessaire à effectuer des recommandations et ne pas oublier le processus d’embauche.

Il est également impératif de comprendre qu’il y a plusieurs nuances à tenir compte lors de la rédaction des questions pour que celles-ci atteignent l’objectif médical et cela sans être intrusif pour le candidat.

Un processus qui respecte la confidentialité!

Lorsqu’on regarde le processus, il faut prendre en compte de :

  • La transmission de l’information
    Il faut s’assurer que lorsque le candidat transmet une information non pertinente par rapport au poste de travail que celle-ci restera confidentielle. Il faut également que les intervenants ne posent pas de questions supplémentaires sur des sujets non identifiés au questionnaire, telle que la date de vos dernières menstruations ou êtes-vous fumeurs ?
  • Qui fait compléter le questionnaire?
    Pour certaines entreprises où il n’existe pas de bureau médical, il est préférable que le questionnaire médical soit complété par une clinique médicale, afin d’assurer la confidentialité.

Embauchez avec Lizotte Médico-Experts c’est rassurant!

Tout d’abord, depuis plusieurs années, nous avons retiré de nos 2 services de pré-embauche (évaluation médicale traditionnelle en clinique et analyse des antécédents médicaux par questionnaire) le questionnaire de type général pour le remplacer par des formulaires en lien avec les postes de travail.

Puis, nous accompagnons les entreprises lors de la création des questionnaires médicaux de pré-embauche, afin d’être conformes avec les droits de la personne par le biais de 2 services d’évaluation :

  1. Formulaires prédéterminés en lien avec le poste de travail.
  2. Formulaires issus de séances de création avec les représentants de l’entreprise, les avocats et les médecins.

Ne pas oublier de prendre en compte la constitution du protocole. L’ensemble des examens et tests doit être en lien avec les activités que le travailleur aura à réaliser. Par exemple, on ne peut utiliser un protocole avec un examen du cœur pour un travailleur d’usine avec effort physique et l’appliquer à un poste de bureau sédentaire. Selon nous, c’est une grave erreur sujette à provoquer des réactions auprès des candidats.

Nous sommes confiants que notre expertise en matière de pré-embauche peut devenir un avantage pour l’entreprise. En plus d’être respectueux des droits de la personne, nous sommes à l’écoute des ressources humaines et mettons en place des services d’avant-garde.

Par exemple, nous offrons un nouveau test : « L’évaluation de la capacité fonctionnelle » , test effectué par un kinésiologue.
Les ressources humaines sauront : si le poste sera trop difficile physiquement, si le candidat manque de coordination ou s’il a besoin d’une période d’adaptation pour gagner du tonus musculaire.  Des renseignements qui faciliteront l’intégration du travailleur tout en évitant les abandons.

N’hésitez pas si vous avez des questions, je suis à votre disposition,

 

signature-ldd2

Louise-Danielle Duquette

Présidente

T. 418 654-3268

info@lizotte.me

 

Vous pouvez consulter l’article « Un questionnaire d’embauche «très intrusif» à l’Université Laval » 

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.